“Je suis sûr qu’on se reverra très vite”, lance Poivre d’Arvor

Star du 20h00 depuis 21 ans, Patrick Poivre d’Arvor (PPDA) a présenté ce jeudi son dernier journal sur TF1, cité Shakespeare et laissé entendre qu’il ne disparaîtrait pas des écrans. “Je suis sûr qu’on se reverra très vite”, a-t-il dit à la fin de son journal.

“Shakespeare avait écrit un jour ‘ce qui ne peut être évité, il faut l’embrasser’. Très modestement, puisque je n’ai pu éviter ce qui arrive ce soir, je vous embrasse tous et j’embrasse toute la rédaction”, a ajouté PPDA.

Le présentateur a également remercié TF1 de lui avoir “offert ces deux décennies magnifiques.” “C’est un métier magique et c’est un bonheur de l’avoir exercé ici.”

La chaîne a ensuite diffusé un court montage des moments forts de sa carrière.

Le présentateur, âgé de 60 ans, a été écarté début juin de la grand-messe de l’information du soir par le directeur général de TF1, Nonce Paolini, qui l’a contraint à céder l’antenne à Laurence Ferrari, 41 ans.

Bien qu’évincé de façon cavalière – il dit avoir appris la nouvelle par les journaux – PPDA a continué pendant plus d’un mois à présenter son JT quatre soirs par semaine, sans manifester d’émotion particulière.

Le journaliste, qui pensait conserver son fauteuil de présentateur jusqu’en 2012, a dénoncé en revanche dans un communiqué la brutalité de son éviction alors que son JT était de loin le plus regardé de France.

Face à l’érosion de l’audience de la première chaîne française, Nonce Paolini a remercié plusieurs figures historiques de TF1.

Patrick Poivre d’Arvor s’est refusé à commenter les rumeurs selon lesquelles son départ serait dû à des pressions politiques, notamment de Nicolas Sarkozy qui n’aurait pas apprécié d’être traité par le journaliste de “petit garçon.”

“J’ai toujours essayé d’être distant vis-à-vis des politiques, ce qui me vaut des ennuis, notamment avec ceux que je n’ai pas invités”, dit-il jeudi dans Le Parisien.

Patrick Poivre d’Arvor estime également avoir résisté aux pressions lors de ces années à la tête du 20h00 “parce que j’ai les épaules et parce que je suis patron de mon journal.”

Sur France Info, PPDA a critiqué jeudi le projet de l’Elysée de faire nommer le président de France Télévisions par l’exécutif, et non plus par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA).

“Ce n’est pas une avancée. Il y a vingt ans, lorsqu’il a été décidé que cette nomination ne serait plus du ressort du pouvoir central, j’ai trouvé que c’était une bonne chose”, a-t-il dit.

“Je trouve que c’est assez insultant de laisser entendre que le CSA n’est qu’un faux nez du pouvoir. Il y a des gens d’une immense qualité (…) et ces gens prennent des décisions en pleine liberté”, a-t-il ajouté.

Le présentateur a précisé par ailleurs être toujours dans l’attente d’une lettre de licenciement, affirmant avoir eu “zéro négociation” avec la direction de TF1.

Il ajoute avoir reçu “vingt-cinq possibilités diverses” de travail et avoir systématiquement refusé “quand il s’agissait de prendre la place de quelqu’un.”

Transfert : Baky Koné est a l’OM pour 4 ans et 9 millions d’euros
Liane Foly : Le livre d’A.Manoukian “J’ai honte, ça pue”